La Consommation Consciente

Comment la mentalité des “jetables” affecte-t-elle la durabilité globale? Est-ce que « plus équivaut à mieux » ?consumerism_header_v3.jpg

« Un homme honorable a beaucoup d’amis, il agit avec courage et générosité; mais il n’est pas riche en possessions. L’imperfection d’une personne devient visible lorsqu’elle accumule trop de biens alors que les autres n’en n’ont pas. »
Aline LaFlamme, une aînée métisser

Un aspect du chemin qui mène vers un monde durable consiste à examiner un grand nombre d’assomptions faites par notre société qui vont à son encontre, telles que << plus équivaut à mieux>> particulièrement quand il s’agit de produits jetables ou lorsqu’on fait des achats dont on n’a pas besoin et lorsqu’il s’agit de jeter des choses. Où vont-elles ces choses qu’on jette? Nos décharges publiques, les océans et l’atmosphère débordent d’une grande quantité de polluants nocifs non soutenables à l’échelle mondiale. En Amérique du Nord, la plupart des maisonnées produisent 740 kg de déchets solides par an; pour chaque kg de ces déchets, le double (2 kg) de gaz à effet de serre nocifs comme le méthane et le bioxyde de carbone sont produits. 

Nous sommes capables de nous dissocier de la mentalité de la << culture du jetable>> et d’abandonner la grande course frénétique qui consiste à travailler davantage pour acheter davantage dans la recherche illusoire du bonheur. Accumuler plus de choses ne donne pas plus de sens à notre vie ni de bonheur à long terme. Le temps est venu de récupérer notre identité perdue de citoyens plutôt que celle de consommateurs et de nous concentrer sur ce qui est important pour pouvoir prendre des décisions éclairées qui soutiennent la durabilité globale.